La préparation mentale


Le mental est l’élément déterminant duquel dépendra le succès de l’expédition.

Lors de la journée du sommet, seul l'esprit peut dominer le froid et la fatigue.


Eviter le stress

Le stress et la fatigue mentale sont à bannir lors des mois précédent l'expédition. Nous l'avons constaté à chaque entraînement: les plus investis (profession, études, ...) disposent de peu de réserves pour accomplir des exploits.

 

Maîtriser sa peur

De longs passages dans une forte pente demandent une grande concentration et provoquent fréquemment la peur lorsque les glissements se succèdent. Il est essentiel d'assumer sa peur et de rester concentré pour ne pas gaspiller une énergie si précieuse à de telles altitudes et éviter la paralysie.

 

La force intérieure

C'est d'elle que viendra la différence.

La jeunesse et la fougue ne sont pas des plus adaptés en montagne. Le calme, la concentration et un rythme constant sont les meilleurs atouts. Ainsi, des conditions de neige mauvaises et une progression difficile ne doivent pas provoquer la colère ou des tensions. Se mettre dans un tel état ne fait qu'accélérer la perte d'énergie. Il faut, au contraire, accepter les conditions sur lesquelles nous n'avons aucune emprise et se concentrer sur ce que l'on peut faire.

 

Se préparer